Derniers sujets
» Regards croisés
Mar 9 Fév 2016 - 4:00 par Administrateur

» Qu'est-ce qu'une oeuvre d'art ?
Jeu 4 Fév 2016 - 8:54 par paulous

» peut on vivre de son art?
Lun 22 Juin 2015 - 11:56 par Nicolas Pierre Victor

» max de lorraine d'arts
Lun 28 Juil 2014 - 7:24 par m.guertner

» Jacques POIRIER, maître du trompe-l'oeil.
Mer 4 Juin 2014 - 12:48 par Francette

» Parachutage en Lorraine
Dim 27 Avr 2014 - 22:17 par Administrateur

» Peut on parvenir à réaliser ses rêves ?
Sam 15 Mar 2014 - 21:06 par Thierry Marié

» PDA Hors série n°34 AQUARELLE
Dim 29 Déc 2013 - 10:10 par aguilera

» plus sur mes oeuvres
Mar 17 Sep 2013 - 14:00 par aguilera

» Semaine intensive dessin peinture aout 2013
Sam 17 Aoû 2013 - 8:04 par carolus

Les posteurs les plus actifs du mois

Marque-page social

Marque-page social digg  Marque-page social delicious  Marque-page social reddit  Marque-page social stumbleupon  Marque-page social slashdot  Marque-page social yahoo  Marque-page social google  Marque-page social blogmarks  Marque-page social live      

Conservez et partagez l'adresse de Forum des Artistes Lorrains sur votre site de social bookmarking


Jacques POIRIER, maître du trompe-l'oeil.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jacques POIRIER, maître du trompe-l'oeil.

Message par Thierry Marié le Lun 5 Nov 2012 - 8:04

Jacques POIRIER, un des meilleurs peintres français de "trompe-l'oeil". Une belle leçon de perspective et de rendu des matières. Autre galerie qui lui est consacrée ici : http://www.didio.biz/poirier2/index.htm



avatar
Thierry Marié

Messages : 623
Points : 890
Date d'inscription : 28/03/2010
Localisation : Planète Terre

Voir le profil de l'utilisateur http://coursdedessin.wifeo.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jacques POIRIER, maître du trompe-l'oeil.

Message par carolus le Lun 5 Nov 2012 - 11:36

Un autre adepte du pinceau a 1 poil, le peintre américain Tony Waichulis :


J'ai beaucoup de mal avec le trompe l'oeil.
Comme son nom l'indique, la peinture en trompe l’œil cherche à tromper l’œil. Le trompe l'oeil est littéral et impersonnel dans la manière de peindre. Or une description littérale ne fait pas de la littérature ni de la peinture.

On peut légitimement se demander pourquoi peindre plutôt que prendre une photo.
Et pourquoi pas faire du trompe l’œil en prenant des photos qui ressembleraient à s'y méprendre à de la peinture ? Very Happy
avatar
carolus

Messages : 379
Points : 940
Date d'inscription : 29/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelierdedessin.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jacques POIRIER, maître du trompe-l'oeil.

Message par Thierry Marié le Lun 5 Nov 2012 - 12:39

Je ne pense pas qu'on pourrait obtenir un tableau comme ceux de Poirier avec une photo, ça serait très difficile. D'abord parce que les objets qu'il peint n'existent pas forcément dans la réalité (pas comme il les peint).

Ces tableaux sont plus intéressants en vrai ( j'en ai vu un seul !)

Il ne faut pas oublier aussi qu'une photo, en tant qu'objet, à une durée de vie très limitée. Un tableau bien peint a plusieurs siècles devant lui.

Il y a souvent de l'humour dans les trompe-l'oeil (qui nous apprennent à ne pas croire tout ce que l'on voit). Et aussi une certaine poésie tout de même, non ? Ceux de Poirier sont assez mystérieux par le choix des objets accumulés, ça chatouille bien l'esprit.
avatar
Thierry Marié

Messages : 623
Points : 890
Date d'inscription : 28/03/2010
Localisation : Planète Terre

Voir le profil de l'utilisateur http://coursdedessin.wifeo.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jacques POIRIER, maître du trompe-l'oeil.

Message par carolus le Lun 5 Nov 2012 - 21:35

Ces peintures me font penser aux couvertures de manuel de peinture à l'aérographe des années 90.

Je trouve que tu chipotes un peu Thierry.
Évidemment, la photo a une dimension physique différente d'une peinture ! Heureusement la courte durée de vie d'une photo n'empêche pas le photographe de shooter ....
Ce qui m'intéresse est avant tout la manière (de peindre) qui est une caractéristique forte de la peinture. Or ici pas de manière, juste une représentation littérale du sujet. La sensibilité (ou la poésie comme tu dis) réside uniquement dans la mise en scène (agencement d'objets et petits arrangements) que je trouve articielle et assez laide ..

Je ne dirai pas mieux que le grand Rodin : Est laid dans l’Art ce qui est faux, ce qui est artificiel, ce qui cherche à être joli ou beau au lieu d’être expressif, ce qui est mièvre et précieux, ce qui sourit sans motif, ce qui se manière sans raison, ce qui se cambre et se carre sans cause, tout ce qui est sans âme et sans vérité, tout ce qui n’est que parade de beauté ou de grâce, tout ce qui ment.

Description exacte je trouve de la peinture de Poirier !
avatar
carolus

Messages : 379
Points : 940
Date d'inscription : 29/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelierdedessin.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jacques POIRIER, maître du trompe-l'oeil.

Message par Thierry Marié le Mar 6 Nov 2012 - 0:19

"Je trouve que tu chipotes un peu Thierry."

Je trouve que tu exagères un peu Carolus. Smile

Si tu estimes que les peintures de Poirier sont l'exacte définition de la laideur en peinture, quels mots va-t-il falloir inventer pour qualifier plus de la moitié de ce qu'on trouve dans un dictionnaire des peintres ? Je réserverais le mot "laid" à ce genre d'image :



C'est une peinture de Kirchner (ça vaut cher en plus d'être difficile à regarder)

Rodin évoque la laideur mièvre qu'on trouve par exemple dans certains angelots à la Bouguereau, mais l'esthétique de Poirier - qu'on peut ne pas apprécier - est totalement différente, notamment parce qu'il représente des choses vieilles, usagées et bizarres. La laideur mièvre est une maladie du classicisme. Le trompe-l'oeil s'inscrit au contraire exactement dans la tradition du baroquisme dont les formes dégradées n'aboutissent pas à la joliesse maniérée dénoncée par Rodin mais à d'autres excès, comme par exemple la complexité abusive et la virtuosité exhibitionniste.

Il me semble qu'il faut rester progressif dans ses jugements, en peinture comme dans l'appréciation des vins par exemple : entre un vin sublime et une piquette infâme, il y a de nombreux niveaux de qualités. Ce n'est pas "tout blanc" ou "tout noir" (ou "tout rouge" pour le vin, hips ! drunken )

Une peinture parfaite n'existe pas. Rembrandt faisait des fautes de perspective. Ingres travaillait trop lisse et déformait les corps. Van Eyck dessinait trop raide avec une perspective approximative. Sargent n'avait pas d'imagination et peignait des portraits de bourgeois sans intérêt. Reynolds était un mauvais technicien dont les oeuvres sont dans un triste état. (Je précise que j'apprécie beaucoup tous ces artistes). Et puis si on commence à parler de la qualité de la peinture au XXe siècle, la liste des peintres à défauts va être trop longue pour tenir sur une seule page ! Neutral

"Ce qui m'intéresse est avant tout la manière (de peindre) qui est une caractéristique forte de la peinture"

Je suis heureux de te l'entendre dire. Moi aussi, c'est ce que j'aime le plus en peinture. Je respecte Poirier, mais comme je l'ai déjà dit, mon idéal pictural est plutôt ceci :



Cette qualité de la peinture consistant à ne pas cacher son procédé, mais qui dévoile au contraire l'énergie de l'artiste par la trace de son coup de pinceau, s'appelle la "picturalité". Cette qualité vient compléter la "plasticité" qui consiste à bien rendre l'illusion du volume et des matières représentées (très manifeste chez le psychorigide Ingres qui ne supportait pas qu'on voit la trace d'un poil de pinceau).

Picturalité et plasticité sont deux grandes tendances de l'art pictural, certains artistes étant plutôt attirés par l'un ou plutôt par l'autre. Et on peut aussi changer d'orientation au cours de sa vie.

Very Happy Je me souviens, Carolus, avoir tenté d'expliquer sur ce forum à un certain Yann, très amoureux de la "plasticité" lisse d'un Scott Wadell, que la manière de peindre était aussi importante que la qualité de l'illusion produite dans un réalisme léché. Il me répondait alors que "Chez Repine, la critique s'attachera plus à la manière très visible qui excuse le le degré moindre de réalisme . Conclusion : plus le travail est stylisé, moins on reproche le manque de réalisme."

La discussion est lisible ici : http://artistes-lorrains.forumactif.org/t244-scott-waddell

La peinture est un art complet et complexe. Si on ce concentre sur une seule de ses qualités, on risque de ne pas voir les autres, et estimer que tout ce qui ne met pas prioritairement en valeur cette qualité est de la merde.

Or, l'approche "synthétique" qui est le propre de l'art doit aussi s'appliquer à notre jugement esthétique. Une oeuvre d'art est un ensemble dont il faut percevoir toutes les dimensions qualitatives. Je ne suis pas fanatique des tableaux de Poirier, mais ces peintures ont de nombreuses qualités, parmi lesquelles certes ne figure pas la pcturalité (mais c'est logique pour un trompe-l'oeil). Je ne vais pas énumérer ces qualités, elles sont évidentes, de même qu'il est évident qu'aucun des intervenants de ce forum à ma connaissance ne serait capable de peindre comme Poirier, ou bien cela reste à démontrer.

Ensuite, bien sûr, on accroche ou pas à son univers hyper-méticuleux. Il y a un aspect un peu schyzoïde chez les peintres de trompe-l'oeil. Bref, ce sont un peu des dingues. Mais c'est une dinguerie assumée avec humour et fantaisie. C'est aussi une discipline sans filet, dans laquelle on ne peut pas tricher avec du flou artistique : techniquement, c'est réussi ou raté.

Pour ceux que l'aspect historique de la question intéresse, signalons que Poirier se situe dans la lignée d'un courant pictural qui remonte à l'Antiquité grecque et qui a pris de la force après la Renaissance avec la tendance à l'illusionnisme et la théâtralité de l'art baroque. Voir le dossier ici : http://www.uh.edu/~englmi/BorgesBaroqueIllusionism/
avatar
Thierry Marié

Messages : 623
Points : 890
Date d'inscription : 28/03/2010
Localisation : Planète Terre

Voir le profil de l'utilisateur http://coursdedessin.wifeo.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jacques POIRIER, maître du trompe-l'oeil.

Message par carolus le Mar 6 Nov 2012 - 9:43

Rodin évoque la laideur mièvre qu'on trouve par exemple dans certains angelots à la Bouguereau
Libre à toi Thierry de cantonner la pensée de Rodin au 19e siècle, je la trouve personnellement d'actualité et même éternelle.

Je rappelle la citation de Rodin :
Est laid dans l’Art ce qui est faux, ce qui est artificiel, ce qui cherche à être joli ou beau au lieu d’être expressif, ce qui est mièvre et précieux, ce qui sourit sans motif, ce qui se manière sans raison, ce qui se cambre et se carre sans cause, tout ce qui est sans âme et sans vérité, tout ce qui n’est que parade de beauté ou de grâce, tout ce qui ment.

De toute évidence Poirier sélectionne les objets qu'il peint. Il choisit de beaux objets (que tu qualifies d'"usagées et bizarres" malin va Smile**) dont beaucoup de vieux objets, il peint donc le joli, le nostalgique, l'artificiel, le mièvre, tout cela pue le kitsch exactement comme chez Bouguereau quand il peint de jolies petites filles. Or le job de l'artiste n'est pas de peindre de beaux modèles mais de donner de l'intérêt pour le modèle. Ou alors l'artiste se trouve bien démuni lorsqu'il s'agit de peindre un modèle laid. Non le peintre véritable est capable de peindre le banal et est capable de voir de la beauté dans ce que le lambda trouve laid et ce n'est pas le cas de Poirier.

**L'esthétique de l'"usagé et du bizarre" est à la mode depuis 15 ans dans de nombreuses boutiques de décoration et d'ameublement comme Interior's par exemple ..

Je trouve Kirchner plus expressif que Poirier. Dans la couleur et dans les formes. C'est naturellement too much pour moi mais il n'y a pas chez Kirchner cette prétention du beau et surtout le ""psychorigisme" que tu observes chez Ingres et que tu oublies chez Poirier. Parce que je ne crois pas que peindre à la loupe un tableau pendant des mois relève de la "dinguerie assumée avec humour et fantaisie." Je trouve ça au contraire assez inquiétant !

"Une peinture parfaite n'existe pas."
J'ose avancer que Poirier pense le contraire. Poirier cherche manifestement l'exactitude comme chez tout ces monomaniaques du pinceau à 1 poil. L'exactitude est ce qu'il croit être la perfection, croyant naïvement qu'on pourra de fait rien lui reprocher.
Bien entendu qu'un peinture parfaite n'existe pas ! "Parfait" n'a aucun sens en art ! Il l'a par contre dans le cahier de coloriage quand on a bien fait son travail et qu'on a pas dépasser le contour.
Chaque artistes que tu cites a œuvré pour une intention artistique différente avec une sensibilité propre et les réponses sont la plupart du temps plus que convaincantes (sachant qu'il ne faut oublier de recontextualiser chaque cas.)
Il faut bien comprendre que des jambes trop courtes ou un nez trop rouge n'est pas grave si l'intention est expressive par exemple, bien au contraire. Les exemples que tu donnes sont invalidés de fait. Je connais mal Kirchner mais il est certain que son intention ne fut pas la justesse du dessin. Fort heureusement chaque artiste a un projet artistique différent et c'est bien ce qui rend chaque entreprise intéressante quand celle-ci est sensible, sérieuse et sincère ... alors tu iras demander à Rubens s'il est capable de peindre comme Poirier, je te cites "aucun des intervenants de ce forum à ma connaissance ne serait capable de peindre comme Poirier" Very Happy

Concernant la peinture de Waddell?
Toi qui parle de performance technique, Waddell est manifestement supérieur à Poirier dans la mesure où il peint du modèle vivant avec une technique similaire. Scott Waddell m'interpelle en tant que prof car je pense que la justesse est capitale pour exercer l’œil de l'élève. Mais je reconnais volontiers que la technique de W m'impressionnait (peut être comme celle de Poirier t'impressionne) à une époque où ma préoccupation était juste technique. Artistiquement Waddell ne fait pas battre mon coeur plus que ça aujourd'hui.

Ce qui me permet de passer au dernier point, quand tu te permets gentiment de me conseiller de "rester progressif dans ses jugements" Smile Effectivement, je suis quelqu'un de passionné, et je reconnais parfois m'emporter. C'est mon caractère et si la recherche d'expressivité occupe une certaine place dans ma recherche artistique au moins j'ai le mérite d'être cohérent. Pas sûr que je ne m'entende plus que ça avec Poirier, sans doute le trouverai-je d'un ennui mortel Smile

En retour, je t'adresse une autre citation de Rodin que tu gagneras beaucoup à lire ou relire (notamment le testament esthétique) : Soyez vrais, jeunes gens. Mais cela ne signifie pas : soyez platement exacts. Il y a une basse exactitude : celle de la photographie et du moulage. L’art ne commence qu’avec la vérité intérieure. Que toutes vos formes, toutes vos couleurs traduisent des sentiments.
avatar
carolus

Messages : 379
Points : 940
Date d'inscription : 29/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelierdedessin.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jacques POIRIER, maître du trompe-l'oeil.

Message par Thierry Marié le Mar 6 Nov 2012 - 10:46

Je ne cantonne pas les propos de Rodin (avec lesquels je suis d'accord) au 19e siècle. Il existe aujourd'hui encore, bien sûr, des peintures joliment mièvres. Je dis seulement que je ne trouve pas que cette citation s'applique bien à Poirier, à qui on peut faire d'autres reproches. Bien sûr qu'il existe une esthétique de la bizarrerie et que Poirier travaille dans cette veine. Mais l'esthétique de la mièvrerie n'est pas l'esthétique baroque de la bizarrerie. Même dans le domaine de la nature morte, on trouve facilement des peintures plus mièvres que celles de Poirier, représentant uniquement de jolis objets posés sur de petits napperons tout propres, avec des fruits tout gentils bien astiqués.

Certes, il y a une esthétique de la nostalgie chez Poirier. Mais c'est probablement une des esthétiques les plus courantes dans tous les arts, en poésie, dans le cinéma, dans la musique et dans la littérature. Je ne trouve pas cela nécessairement vomitif, tout dépend comment c'est traité.

L'esthétique de l'usagé est à la mode, et alors ? L'esthétique de Rodin aussi a été à la mode.

Ne penses-tu pas que ce qui te dérange le plus chez Poirier (et qui peut aussi parfois me déranger un peu) c'est plutôt une esthétique du PITTORESQUE. Par exemple, le fait de peindre un fond de vieux mur écaillé (et qui rappelle la tendance à coller de fausses pierres sur les murs des pizzerias, pour faire genre "vieux mur italien" ? Et dans la logique de la citation de Rodin, ce qu'on pourrait éventuellement reprocher à Poirier serait le fait de recourir un peu trop à ces "effets".

D'accord pour dire que la mission du peintre n'est pas de représenter de belles choses, comme le dit Kant, mais de bien représenter les choses.  

Je ne trouve pas la peinture de Kirchner "expressive", ou bien on peut tout trouver expressif, y compris les produits du hasard. Je qualifie d'expressives les oeuvres dans lesquelles l'artiste à maîtrisé l'expression, et non les images qui provoquent une réaction. Sinon, rien de plus expressif qu'une poubelle d'hôpital ou qu'une photo d'accident de la route. C'est la pente qu'à suivi l'expressionnisme contemporain officiel : "je choque donc je suis expressif".

Je n'ai pas rencontré Poirier, et je n'arrive pas comme toi à deviner quelle est sa personnalité en regardant sa peinture. Je pense que c'est un gars qui a de l'humour. (Peut-être que ces peintures sont très méticuleuses mais qu'il ne fait jamais sa vaisselle et vit dans un gros bordel. Mais on s'en fout un peu, non ?)

"alors tu iras demander à Rubens s'il est capable de peindre comme Poirier, je te cites "aucun des intervenants de ce forum à ma connaissance ne serait capable de peindre comme Poirier" "

Mince, Rubens est inscrit sur le forum est on ne m'a rien dit ?!  Shocked
Mode sérieux : je veux dire que la qualité technique de Poirier est respectable par le fait que NON, personne sur le forum ne peint comme lui. La question n'est pas de savoir si quelqu'un veut peindre comme lui, la question est de savoir si quelqu'un en serait capable ici et maintenant : vois-tu quelqu'un qui en serait capable s'il en avait l'intention ?. Bref, Poirier fait du bel ouvrage sur le plan technique (même si on peut n'aimer ni son style ni ses sujets).

A propos de la dernière citation de Rodin :

"Soyez vrais, jeunes gens. Mais cela ne signifie pas : soyez platement exacts. Il y a une basse exactitude : celle de la photographie et du moulage. L’art ne commence qu’avec la vérité intérieure. Que toutes vos formes, toutes vos couleurs traduisent des sentiments."

Bon, pour moi, c'est trop tard, je suis déjà un vieux con et non un "jeune gens". Mais il est intéressant de lire cela à la lumière des critiques qui ont été adressées à Rodin de son vivant. On lui a reproché exactement ce dont il veut préserver les jeunes gens. Trop de réalisme plat. Certains critiques l'on même accusé d'avoir directement fait des moulages de ses modèles.

"A son retour, Rodin continue à travailler sur un nu masculin qui l'occupe depuis octobre 1875. En janvier 1877, le plâtre est exposé au Cercle artistique et littéraire de Bruxelles. Mais un article de L'Etoile belge affirme qu'il a été réalisé à partir d'un moulage sur nature. Cette accusation poursuit Rodin lorsqu'il présente sa figure à Paris au Salon sous le titre L'Age d'airain. Pour sa défense, il propose au jury des photographies et des moulages. Ses amis sculpteurs belges viennent à son aide, comme Gustave Biot : "Je trouve étrange qu'à Paris une attestation pareille à celle que vous me demandez soit nécessaire, néanmoins je me fais un plaisir et un devoir de vous la donner".
Malgré la nomination d'un directeur des Beaux-Arts, Edmond Turquet, plus bienveillant à l'égard de Rodin, le Conseil d'inspection envoyé en février 1880, refuse que ce modèle soit coulé en bronze. Alors des sculpteurs reconnus - Dubois, Falguière, Carrier-Belleuse, Chapu, Chaplain, Thomas, Delaplanche - interviennent : le talent d'improvisation de mémoire du sculpteur, "son énergie et à sa puissance de modelé très rare" prouvent qu'il a exécuté sans fraude L'Age d'airain.
Turquet, convaincu, achète le plâtre et commande le bronze à la fonderie Thiébaut frères. Cet exemplaire, celui du musée d'Orsay, est exposé au Salon de 1880 où Rodin reçoit une médaille de 3e classe. L'Age d'airain connaît aussitôt un succès international
." http://www.musee-orsay.fr/index.php?id=851&L=0&tx_commentaire_pi1%5BshowUid%5D=8810&no_cache=1



Cependant, Rodin a raison, je ne le conteste pas, (même si c'est désormais un lieu commun mille fois entendu).

Du reste (je le répète), je ne suis pas complètement fasciné par Poirier (je ne suis pas son marchand non plus), et je n'ai pas spécialement envie de suivre la voie du trompe-l'oeil. Mais ses tableaux sont des images chargées d'une certaine puissance symbolique et des objets d'art très bien réalisés techniquement - du moins, c'est le cas de l'original que j'ai vu.
avatar
Thierry Marié

Messages : 623
Points : 890
Date d'inscription : 28/03/2010
Localisation : Planète Terre

Voir le profil de l'utilisateur http://coursdedessin.wifeo.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jacques POIRIER, maître du trompe-l'oeil.

Message par André Martin le Mar 15 Jan 2013 - 16:05

Tout de même un des meilleurs du genre!!!
avatar
André Martin

Messages : 33
Points : 51
Date d'inscription : 15/01/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jacques POIRIER, maître du trompe-l'oeil.

Message par lebeaudanslart le Lun 26 Mai 2014 - 17:55

Grand admirateur du travail de poirier, ayant vu une grande partie de ses oeuvres à la galerie michelle boulet à PARIS, je suis très choqué par les propos de "carolus". Comment peut-on qualifier de mièvre ou de laid le travail de monsieur POIRIER, le maître du trompe l'oeil connu jusqu'au JAPON ?
Monsieur POIRIER ne s'est jamais défini comme un artiste peintre mais plutôt comme un artisan de la peinture, un ouvrier de l'art à l'égal des maîtres flamands que semble t'il ne doit pas connaître "carolus". On a tout à fait le droit de ne pas aimer ce style de peinture comme on peut détester tout ce qui est académique mais pour être un bon peintre avant de pouvoir se défaire des règles il faut d'abord les avoir comprises les notions de valeur, de couleur de contraste et de perspective. Picasso est passé par ce cheminement comme beaucoup. On ne peut pas comparer un tableau de DUBOIS à une photo car la peinture de Dubois est lumineuse, la lumière ressort de la toile comme éclairée de l'intérieur. Avant de parler d'une peinture toute personne devrait l'avoir vue en vrai car parler d'une peinture en l'ayant vu en photo est une inepcie et est indigne de l'artiste. Tu ne peux pas contester le travail minutieux de monsieur DUBOIS, jamais tu ne pourras atteindre son degré de technicité et cracher sur son travail c'est renier toute une partie de l'histoire de l'art, tu n'aimes pas OK tu n'as pas le talent de monsieur DUBOIS NORMAL mais tu te dois de reconnaître son degré de technicité et lui accorder le respect.
Des monsieur DUBOIS dans le monde il n'y en a pas beaucoup et pour arriver à cette maitrise, il faut du temps et du TALENT !!!

Je tiens à féliciter thierry marié pour ces propos tout à fait éclairants sur la notion d'art et la patience qu'il a pris pour tenter d'expliquer à "carolus" qu'il n'avait rien compris au travail de POIRIER.

Je souhaite à "carolus" de prendre autant de plaisir à peindre que monsieur POIRIER qui est toujours resté modeste sur son travail et donnait de la valeur à sa peinture en prenant le temps de peindre et de retrouver toutes ces infinis nuances de gris colorés.


lebeaudanslart

Messages : 1
Points : 1
Date d'inscription : 26/05/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jacques POIRIER, maître du trompe-l'oeil.

Message par Francette le Mer 4 Juin 2014 - 12:48

Tiens, tiens mais ça bouge encore un peu par ici Smile

Je trouve toujours dommage ces "querelles" sur les styles : personnellement, tant que cela a encore l'aspect d'une peinture cela ne me gêne pas . Les trompe-l'oeil de Poirier sont encore de la peinture, comme le sont les chefs-d'oeuvres de Heda, Snyders etc...après, on aime ou pas c'est une autre affaire ....

Ce que je n'apprécie pas du tout ce sont les hyper-réalistes tellement "papier glacé qu'on ne fait plus du tout, la différence pour le coup, avec une photo, on ne sent plus rien Sad
Voilà, c'était mon avis à deux sous Very Happy

En espérant que ce forum reprenne un peu de vie ....je vous dis @ bientôt Smile

Francette

Messages : 98
Points : 116
Date d'inscription : 06/12/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jacques POIRIER, maître du trompe-l'oeil.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum