Esthétique de l'art totalitaire : réflexions sur l'art et la liberté politique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Esthétique de l'art totalitaire : réflexions sur l'art et la liberté politique

Message par Thierry Marié le Dim 30 Déc 2012 - 19:52

Puisqu'il m'a été demandé et que le sujet semble intéresser quelques personnes, voici un travail universitaire réalisé il y a longtemps sur le thème de l'esthétique totalitaire. Je ne suis pas certain que le fichier retrouvé soit la dernière version (au pire quelques coquilles) mais l'essentiel y est.

Edit : me demander si vous souhaitez le consulter.


Dernière édition par Thierry Marié le Mer 13 Fév 2013 - 0:26, édité 1 fois
avatar
Thierry Marié

Messages : 623
Points : 890
Date d'inscription : 28/03/2010
Localisation : Planète Terre

Voir le profil de l'utilisateur http://coursdedessin.wifeo.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Esthétique de l'art totalitaire : réflexions sur l'art et la liberté politique

Message par Francette le Lun 31 Déc 2012 - 10:43

Arf, je viens de m'apercevoir que le post de Carolus de ce matin vient d'être supprimé ...voici ce que je lui demandais (mais à vous tous aussi finalement)
Faire de la meilleure peinture doit être me semble t'il la préoccupation numéro 1 du peintre
.
...et c'est quoi de la meilleure peinture ....plus quoi et moins quoi , aussi bien que ???!!

L'étude des maitres introduit la hiérarchie
de quelle hiérarchie parlez-vous : qui est meilleur que qui et sur quels critères peut-on se baser pour juger ....tiens , n'était-ce pas la question de départ Wink


ce post devait répondre au topic ouvert par Sylvain Sad


Dernière édition par Francette le Lun 31 Déc 2012 - 10:46, édité 1 fois (Raison : erreur d'aiguillage ...)

Francette

Messages : 98
Points : 116
Date d'inscription : 06/12/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Esthétique de l'art totalitaire : réflexions sur l'art et la liberté politique

Message par mathlma le Lun 31 Déc 2012 - 11:28

Francette a écrit:

L'étude des maitres introduit la hiérarchie
de quelle hiérarchie parlez-vous : qui est meilleur que qui et sur quels critères peut-on se baser pour juger ....tiens , n'était-ce pas la question de départ Wink

Faire de la meilleure peinture doit être me semble t'il la préoccupation numéro 1 du peintre
...et c'est quoi de la meilleure peinture ....plus quoi et moins quoi , aussi bien que ???!!
.


Je prends la phrase sur la hiérarchie comme suit. La hiérarchie introduite est entre les maîtres (pour moi par exemple Vélasquez, Waterhouse, Rubens,...) et les peintures faites par des contemporains (que l'on peut voir dans les galeries) et la peinture que je fais moi-même.

Toujours essayé que mon nouveau dessin ou ma nouvelle peinture soit meilleure que la précédente, c'est ma préoccupation première. Tout d'abord au niveau purement technique (plus de justesse, une meilleure gestion des valeurs....) et ensuite au niveau du rendu (je veux que ma touche soit apparente mais je ne maîtrise pas encore les effets produits). Puis j'essaye de m'améliorer au niveau de la composition.

Enfin pour l'artistique, je ne peux répondre car je suis encore en phase d'apprentissage de la technique.


Dernière édition par mathlma le Lun 31 Déc 2012 - 12:01, édité 1 fois
avatar
mathlma

Messages : 135
Points : 254
Date d'inscription : 21/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://mathieuleisen.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Esthétique de l'art totalitaire : réflexions sur l'art et la liberté politique

Message par mathlma le Lun 31 Déc 2012 - 11:45

J'ai commencé à lire ton mémoire Thierry et il y a plein de passages intéressants.

"Dans Le Meilleur des Mondes , Aldous Huxley décrit une drogue nommée Soma qui permet aux individus d'atteindre un bonheur illusoire qui n’est pas éloigné de ce que serait une utopie dépourvue de sens critique"

Je ne sais pas si tu as lu le roman "Nous autres" de Zamiatine qui est le père des Dystopies et qui a influencé Huxley, Orwell et d'autres.Mais il pourrait t'intéresser car il fait une critique de la modernité qui peut amener le confort mais aussi l'aliénation. L'état totalitaire du livre opère les gens (et leur enlève l'imagination si je ne me trompe) pour leur amener le bonheur définitif.
Ce livre qui fut censuré sous Staline et il abonde également dans le sens de ton paragraphe.


La phrase du président de l’Institute of Contemporary Arts est absolument énorme.
"Les États totalitaires ont souvent un art officiel, une esthétique sélectionnée, autorisée et promue aux dépens d’autres styles rivaux. En URSS, l’art officiel, c’était le réalisme socialiste. Travailler dans un quelconque autre mode d’expression était considéré - et traité - comme un acte subversif. En Grande-Bretagne, aussi : nous avons un art officiel - l’art conceptuel - et il rend un service tout aussi signalé..."


Je n'ai pas eu le temps de tout lire encore mais je vais le faire, je trouve cette histoire et les parallèles avec l'art contemporain très intéressants et j'espère avoir des critiques et des questions à formuler.
avatar
mathlma

Messages : 135
Points : 254
Date d'inscription : 21/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://mathieuleisen.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Esthétique de l'art totalitaire : réflexions sur l'art et la liberté politique

Message par Thierry Marié le Mer 2 Jan 2013 - 8:36

J'ai entendu parlé du roman de Zamiatine, mais je ne l'ai jamais lu. Sur le même thème, il y a aussi Fahrenheit 451 de Ray Bradbury, dont François Truffaut a fait un film.

"Fahrenheit 451 prend place dans un futur proche, aux Etats Unis. Ray Bradbury présente une vision dystopique du monde gouverné par l'hyper-consommation, l'individualisme et l'ignorance. Contrairement à d'autres dystopies comme 1984 de George Orwell, la population est globalement heureuse, abreuvée de divertissements divers (sports, émissions télévisées...) au détriment de la culture. C'est ainsi que naît la haine des livres. Ray Bradbury explique à travers la bouche du personnage Beatty qu'une personne particulièrement inculte aura tendance à nourrir de la jalousie et même de la haine envers une personne cultivée. C'est pourquoi lire est devenu un comportement asocial. Les livres dérangent la tranquillité d'esprit collective des masses qui se complaisent dans leur ignorance. La fonction des "pompiers" de ce monde n'est plus d'éteindre les incendies (les bâtiments étant désormais ignifugés) mais de brûler les livres." (Wiki)



Dernière édition par Thierry Marié le Mer 2 Jan 2013 - 15:15, édité 1 fois
avatar
Thierry Marié

Messages : 623
Points : 890
Date d'inscription : 28/03/2010
Localisation : Planète Terre

Voir le profil de l'utilisateur http://coursdedessin.wifeo.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Esthétique de l'art totalitaire : réflexions sur l'art et la liberté politique

Message par henry konfino le Mer 2 Jan 2013 - 13:33

j'avais vu le film Farhrenheit 451 de F.Tuffaut il y a longtemps, le film est très intéressant et traite de l'autodafé des livres tel qu'opérait par les nazis ou l'interdiction de lire décrété par des régimes totalitaires. Pour préserver la mémoire des livres, on voit des érudits se réfugier dans les bois et récitent par coeur les chefs d'oeuvre de la littérature, une personne est un livre de Tolstoi, un autre V.Hugo, etc..

henry konfino

Messages : 45
Points : 65
Date d'inscription : 12/11/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Esthétique de l'art totalitaire : réflexions sur l'art et la liberté politique

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum